Pour tout nouveau patient, un examen minutieux et une photographie du cuir chevelu et du cheveu à fort grossissement sont faits après un interrogatoire précis.

CHUTE DE CHEVEUX
CHUTE DE CHEVEUX

Toute pathologie du cuir chevelu diagnostiquée est traitée sur place ;un bilan biologique est demandé.

La chute de cheveux et l’alopécie sont efficacement traitées par la mésothérapie (Mésopécie). Dans notre centre on combine plusieurs techniques pour prendre en charge les patients.

Souvent mésothérapie + microneedling + LEDs

Plasma riche en plaquettes(PRP) + microneedling + LEDs

Carboxythérapie +LEDs

Principe du traitement de la chute des cheveux par Mésothérapie

Le traitement de la chute de cheveux et de l’alopécie par mésothérapie, appelé mésopécie, vise à injecter un mélange de médicaments actifs par voie intradermique, dans le but de stimuler la vitalité du cuir chevelu, d’en améliorer l’état séborrhéique et de freiner la chute des cheveux par stimulation du bulbe. Ces injections superficielles sont réalisées avec une seringue sur laquelle est montée une fine et courte aiguille, toutes deux stériles à usage unique manuelle et /ou avec pistolet ou microneedlings.

Indications du traitement de la chute des cheveux par mésothérapie

Elles dépendent du sexe et de l’âge du patient ainsi que de l’origine de cette alopécie. Ainsi chez l’homme, on traitera les alopécies jusqu’au stade IV.

CHUTE DE CHEVEUX

Chez la femme on traitera jusqu’au stade II, mais aussi dans les suites de grossesse où le traitement permet de réduire nettement l’intensité et la durée de la chute qui suit les premiers mois après l’accouchement.

Contre-indications – Effets secondaires de la mésopécie

Il n’y a aucune contre-indication ni aucun effet secondaire à ce traitement. La tolérance est excellente.

Fréquence des séances de Mésopécie

Classiquement on effectue 5 à 6 séances minimum, espacées de 2 semaines.

Dans le cadre des formes masculines ou à composante hormonale ou génétique, on poursuivra par un entretien soit tous les mois, soit par groupe de 3 à 4 séances plus rapprochées 2 fois par an.

Résultats du traitement de la chute des cheveux par mésothérapie

3 à 4 séances suffisent à ralentir la chute, le cuir chevelu est plus sain, les shampoings sont espacés.

On observe une diminution à la fois de la raréfaction et de la séborrhée, mais aussi des démangeaisons.

La qualité du cheveu s’améliore.

Trois mois sont nécessaires pour voir une repousse significative.

Mais en dehors des suites de grossesse où le traitement n’a pas besoin d’être prolongé, l’arrêt des soins amène tôt ou tard la réapparition de la chute.

L’amélioration la plus spectaculaire se produit entre J0 et J28 chez les patients les plus jeunes (moins de 31 ans) et continue jusqu’à J90.

Les 31-50 ans s’améliorent progressivement de J0 à J60.

Les 51-64 ans ont une amélioration qui débute plus tardivement entre J28 et J60 et se poursuit jusqu’à J90.

Conseils pratiques pour les séances de mésopécie

Se laver les cheveux la veille ou le matin de la séance.

Ne pas appliquer de produits agressifs dans les 24 heures qui suivent la séance (teinture…).

UN TRAITEMENT NATUREL AVEC LA CARBOXYTHÉRAPIE

Son principe consiste à insuffler du CO2 sous la peau avec une  aiguille très fine à l’aide d’un pistolet ce qui entraîne une stimulation et une augmentation de production d’oxygène dans nos tissus d’où une amélioration du métabolisme sous cutané, amélioration de la micro-circulation et une meilleure élasticité de la peau.

La Carboxythérapie est une technique sans apport d’agent chimique à notre organisme, donc aucun risque d’allergie. Cela va permettre de ralentir la perte de cheveux

Une série de 4 séances à raison d’1par semaine en moyenne est recommandée en starter puis une séance par mois pendant la période de chute de cheveux intense.

La diffusion du gaz peut être ressentie lors de l’insufflation, la distension du cuir chevelu est un peu douloureuse. 

TRAITEMENT AU LED DES CHEVEUX

Les LED ont de multiples indications en dermatologie car elles permettent de diminuer l’inflammation et de stimuler les tissus sous-jacents.

La photothérapie ou traitement par LED de la chute des cheveux permet de diminuer l’inflammation et de stimuler les tissus sous-jacents. Lorsque l’on se place sous les LEDs, les longueurs d’ondes spécifiques vont pénétrer jusque dans le derme profond où se situent les bulbes, ces ondes vont déclencher dans la mitochondrie la synthèse d’ATP qui est l’énergie des cellules .Un ralentissement de la chute entre 2 et 4 mois après l’initiation des LEDs est observé (nous rappelons qu’un cheveu qui tombe est mort entre 2 et 4 mois plus tôt). La repousse est aussi très lente, il faut 6 à 8 mois pour visualiser une repousse après n’importe quel traitement .La  nécessité de 1 à 2 séances hebdomadaires pendant 2 mois puis une séance tous les 15 jours pendant 2 mois pour avoir de bons résultats.

Les LED appliquées à la chute de cheveux auront la longueur d’onde du rouge et du jaune sont non invasive et ne présentent aucun effet secondaire. Le port de lunette est préconisé. Il faut compter six à dix séances pour un résultat optimum.

LES CAUSES DE L’ALOPÉCIE


L’alopécie androgénique est un processus génétiquement programmé et plus ou moins inéluctable. Il est provoqué par l’utilisation excessive au niveau du cuir chevelu de la testotérone. Cette hormone mâle, naturellement présente chez l’homme et la femme pénètre dans les cellules des racines des cheveux et dans celles des glandes sébacées. Sous l’action d’une enzyme, la 5 alpha réductase, elle provoque une séborrhée excessive et une stimulation intense du bulbe pileux qui va progressivement s’atrophier par épuisement de son capital de renouvellement. C’est ainsi que le cheveu repousse de plus en plus fin et se transforme progressivement en duvet. On peut cependant réduire et retarder l’apparition de la calvitie à l’aide de soins adaptés.

Phénomène héréditaire et génétique, la chute de cheveux masculine est souvent prévisible. Il existe des familles de chauves et les hommes dont les pères ou les oncles ont perdu leurs cheveux feront sans doute de même. C’est ce qu’on appelle l’alopécie androgénique. Le phénomène commence parfois dès la fin de l’adolescence ou beaucoup plus tardivement aux abords de la cinquantaine. Plus la chute est précoce, plus le dégarnissement risque d’être important. Mais quelle que soit l’époque où elle apparaît, la calvitie entraîne souvent une blessure narcissique génératrice d’anxiété .

 – Les alopécies par inflammation du cuir chevelu : Exemple : La dermite séborrhéique. Cette pathologie extrêmement fréquente, près de 8% de la population se caractérise par une inflammation intersourcilliere et/ou des ailes du nez et/ou du cuir chevelu accompagnée de pellicules.
– Les alopécies par carence : fer, zinc, B6….
– Les alopécies consécutives à un trouble de l’organisme : hypothyroïdies, c’est parfois un des signes révélateur.
– L’alopécie par chimiothérapie : celle-ci est brutale : tous les cheveux tombent en quelques jours et repoussent quelques semaines après la fin du traitement, souvent plus épais et plus ondulés ou frisés.
L’alopécie dûe à un choc traumatique : choc psychologique, anesthésie, accident, grave infection etc.

AUTRES TRAITEMENTS DE L’ALOPECIE

 Bien évidemment s’il y a une cause il faut la traiter en premier (hypothyroidie, dermite séborrhéique etc…).
La première chose à faire est de donner un bon apport nutritif aux cheveux en ayant une alimentation saine et équilibrée, certaines vitamines comme la B6, certains minéraux comme le fer et la Silice, certains acides aminés comme la méthionine ou la cystéine sont indispensable à la bonne croissance du cheveu. 
Leur carence entraînerait systématiquement un appauvrissement des éléments constituants le cheveu comme la kératine, donc une fragilisation et un aspect chétif.  

LES INJECTIONS :

Les injections intra-musculaires:
Les traitements par Bépanthène et Biotine à raison de 3 injections par semaine pendant 6 semaines ont bien démontré leur efficacité lors de chute de faible ampleur et saisonnière. Cela devient un peu obsolète devant la poussée des nouveaux traitements.

LES TRAITEMENTS LOCAUX :

Le Minoxidil :


Le Minoxidil est un le premier traitement que l’on a eu qui enrayé la chute et pouvait même faire repousser dans 15 à 20 % des cas.
Le minoxidil s’applique sur le front dès le début de l’éclaircissement de la chevelure. Dans 2/3 des cas, il permet d’interrompre la chute. Et en cas de succès, la repousse est observée chez 20% des sujets. Il faut cependant être patient car trois mois de traitement sont nécessaires pour stopper la chute et six mois pour voir les cheveux repousser.

En cas de repousse insuffisante et dans les formes d’alopécie évoluées, on recourt à des microgreffes capillaires. Il existe différentes techniques très efficaces. Il faut savoir que les cheveux greffés tombent dans un premier temps avant de repousser.


PAR VOIE BUCCALE :

Le Finastéride:


Ce traitement pour traiter la chute de cheveux de l’homme a été découvert par hasard  contre-indications absolues chez la femme enceinte ou en âge de procréer. Les effets secondaires : entre un pour cent et un pour mille des troubles sexuels chez l’homme et réversible à l’arrêt du traitement.

TRAITEMENT DES CHUTES DE CHEVEUX FEMME – ALOPÉCIE ANDROGÉNÉTIQUE FÉMININ

 
Ce type de chute de cheveux est le plus courant. La chute se fera de façon saisonnière ou non mais est déterminée par son profil génétique, les variations hormonales et l’aspect psychologique. Classiquement la femme peut perdre ses cheveux mais ne devient jamais chauve.

Les femmes ont également de cette hormone mâle mais à un taux 20 fois inférieur aux hommes.

Lorsque les femmes ont une baisse d’hormones féminines à la ménopause : œstrogène et progestérone, celle-ci ne peuvent plus contrecarrer l’effet de la DHT, on assiste alors à une chute de cheveux plus importante. Le traitement hormonal substitutif diminue la chute des cheveux en diminuant l’effet de la DHT via les oestrogènes.

Lorsque un femme a des kystes aux ovaires : syndrome des ovaires poly kystiques, la sécrétion d’androgène dont la testostérone est accrue ce qui induit la chute des cheveux. Il suffit de mettre au repos les ovaires pour que la sécrétion de la testostérone diminue et que la chute de cheveux stoppe.

Certaines pilules contraceptives contiennent des progestérones anti-androgènes (acétate de cyprotérone)  qui contrecarrent un peu l’effet de la DHT, elles peuvent être prescrites chez la jeune femme qui perd ses cheveux.

Le stress, l’anxiété, la dépression, les chocs psychologiques peuvent induire une chute de cheveux importante, probablement par le biais de l’augmentation de sécrétion du cortisol : hormone de stress qui a des effets androgéniques.

– Certaines pathologies : l’hypothyroïdie, des infections graves….

– La pelade qui donne une alopécie circonscrite, bien délimitée et totalement glabre, elle aurait une origine auto immune et un facteur déclenchant psychologique.

– La dermite sebborheique qui donne des pellicules et entraine une chute de cheveu

– Des médicaments dont bien entendu la chimiothérapie

– Des carences graves : fer, zinc, vitamine B6

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *